Petite histoire d’une exposition

A-voir-carre

La Banque postale, en installant son Siège dans les lieux emblématiques de l’ancienne Caisse Nationale d’Epargne et du musée postal, encore habités par l’histoire de la Poste, a réalisé une opération immobilière alliant tradition et modernité sur un ensemble de plusieurs bâtiments réunis par des passages et répartis sur la rue de Sèvres, la rue St Romain et la rue St Jean Baptiste de la Salle à Paris dans le 6ème arrondissement.

Des travaux très importants ont été entrepris, échelonnés sur près de quatre années (à partir de 2007), au cours desquels La Banque Postale a demandé aux photographes d’Objectif Image Paris de réaliser des reportages dans l’objectif de conserver la mémoire photographique de cet important chantier. Un groupe de volontaires s’est constitué dont le nombre a varié dans le temps, certains ayant abandonné, d’autres s’étant raccrochés au groupe en cours de route. En définitive, 6 photographes ont poursuivi l’aventure jusqu’au bout : Jacques Amiel, Christelle Barbier, Corinne Cominelli, Stéphane Derny, Claire Estryn et Marc Lévy.

Devant_le_panoramique_Cre_dit_photo_Denis_Dugas-50f5d

L’idée est alors venue de présenter quelques unes, parmi les centaines, des photos prises au cours des visites à un large public, qu’il soit interne ou externe à l’organisation. Ainsi une exposition intitulée « Paris d’en haut et d’alentours, Vu en 360° de la Banque Postale a été organisée dans les locaux de la Mairie du 6ème arrondissement où se situe l’ensemble immobilier de La Banque Postale ; elle s’est déroulée tout le mois d’octobre 2011.

2_des_panneaux_Cre_dit_photos_Claire_Estryn-ca25a

Sa préparation, étalée sur plusieurs mois ainsi que sa réalisation singulière au regard des expositions habituelles d’OI conduisent à dresser un bilan de l’opération au travers d’anecdotes et de temps forts dans le souci d’en tirer quelques enseignements pour d’autres projets.

Le choix du lieu d’exposition :
Cette exposition dans un lieu public externe comme une mairie est l’une des premières réalisée par OI Paris. Une simple lettre adressée à l’adjoint au maire en charge de la culture a suffit ; il ne faut pas hésiter à solliciter la mairie (c’est un lieu public ouvert à tous). Si le projet correspond à l’esprit de la mairie et du quartier, il n’est pas nécessaire d’avoir des « relations » pour obtenir un accord de principe (dans notre cas, l’adjoint au maire était un féru de photographies et notre projet correspondait à l’installation du siège de La Banque Postale sur le territoire de son arrondissement). En tout état de cause, au cas particulier de notre exposition, nous avons demandé l’aval de La Banque Postale pour chacune de ses étapes et elle nous a constamment soutenus.

cre_dit_photo_Claire_Estryn-626d1

Les conditions d’exposition :
Plusieurs visites sur le site de la mairie ont été indispensables afin de déterminer le nombre de photos à exposer et les conditions d’exposition. Au cas présent nous disposions d’une grande galerie avec 16 panneaux supports et des vitrines ; cette galerie étant un lieu de passage du public, cela nous a conduits à prévoir un système d’accroche solide. Une convention entre OI et la mairie a été conclue comprenant l’assurance (la couverture des assurances d’OI national et OI Paris a été suffisante).

Les_he_ros_du_jour_Marc_Corinne_Claire_Christelle_Jacques_Ste_phane_et_Jean_Paul_Petit_et_Mr_Passelecq-3d785

La préparation et scénographie

- Le choix a été fait de ne pas accrocher les photos dans des cadres comme d’habitude mais de les coller sur des panneaux type carton plume, ceux-ci étant eux-mêmes suspendus par des cimaises sur les panneaux supports installés dans la galerie de la mairie ; l’intérêt de ce système est d’éviter les reflets des verres de cadres et de permettre une unité et une homogénéité de présentation.

Dans_le_livre_d_or_Cre_dit_photo_Claire_Estryn-4b1cd

- Quant à la scénographie, nous n’avons pas voulu faire une monographie pour chacun des photographes ni une suite chronologique de photos sur l’avancement du chantier mais un parcours thématique à partir de sujets qui ont été identifiée au cours des nombreuses réunions de préparation. Ces réunions, indispensables pour préparer une telle exposition ont été difficiles à tenir pour trouver des dates et des heures satisfaisantes pour nous six, d’autant que la majorité du groupe des six est en activité. Notons pour l’anecdote que l’une des réunions a été tenue par l’internet au travers de Skype entre la rue Brillat Savarin et la 11ème rue de New York, moi même me trouvant de l’autre côté de l’Atlantique pour plusieurs mois.
- L’établissement d’un budget prévisionnel pour le matériel et les frais de vernissage et de communication et carton d’invitation a été aussi réalisé.

La communication
C’est une étape obligatoire pour la réussite d’une exposition bien que trop souvent négligée par OI.
- La communication interne : Un texte personnalisé annonçant l’exposition accompagnée du carton d’invitation a été envoyé tous les adhérents d’OI national et OI Paris grâce au fichier d’adresses électroniques. Une annonce a également été faite bien qu’avec du retard sur le site d’OI.
- La communication externe Des cartons d’invitation ont été envoyés par voie postale et par e-mail à tous les organismes ou relations et amis de chacun des photographes. Quant aux institutionnels et notamment ceux en rapport avec la photographie, il serait utile de constituer un fichier d’adresses pour d’autres expositions. Deux annonces (gratuites) ont été passées dans Chasseur d’Images et Réponses Photos. Il faudrait également pour l’avenir identifier les sites qui donnent accès aux annonces d’expositions ou des liens. La Mairie pour sa part a informé son propre réseau et a installé un kakémono annonçant l’exposition sur la façade du bâtiment.

Le tirage et impression
Seul un photographe (en l’occurrence Jacques) a présenté des photos argentiques tirées sur papier baryté, les autres étant en numérique. C’est pourquoi nous avons choisi d’imprimer les photos numériques sur un seul type papier, tout à fait comparable au baryté argentique (Hannemühle baryté). Ce papier existe en divers formats dont un rouleau qui a permis de réaliser les grands formats et le superbe panoramique de Stéphane.
Le montage/ démontage

- Le montage des panneaux et des vitrines s’est bien passé avec l’aide logistique des services de la mairie le samedi matin précédent l’ouverture de l’expo. Mais dès lundi, la Mairie nous prévenait que nos panneaux étaient tombés car les attaches n’avaient pas tenu et certaines photos étaient en train de se décoller. Grâce à Jacques, véritable « Mac Gyver » du groupe, plein de ressources et d’astuces, les panneaux pourtant légers ont été percés et suspendus aux crochets des cimaises et maintenus en partie basse par un fil pour éviter leur ballotement au passage du public et les photos décollées ont été recollées avec de la colle forte (on notera donc que la colle repositionnable ne convient pas aux photos argentiques sur baryté car le papier est trop rigide).
Ce raccrochage a été accompagné des flonflons du bal qui se déroulaient en même temps pour les seniors du 6ème avec tous les succès d’antan.
- Le démontage : nous n’étions que 2 (Christelle et moi) du groupe pour le démontage (en raison des vacances scolaires). Il s’est effectué rapidement, le plus épique étant le transport des panneaux et du panoramique dans la petite voiture de Christelle jusqu’à Brillat Savarin. Signalons que les photos numériques ont pu être décollées sans difficulté, les photos argentiques collées avec de la colle forte ont dû été découpées dans les panneaux.

Mr_Passelcq_Jean_Paul_Petit_Claire_et_Corinne_Cre_dit_photo_Jeanine_Lai_k-d6e8e

L’ensemble des photos ainsi que le panoramique ont été remis à La Banque Postale qui, nous l’espérons, les utilisera dans ses murs.

Une_partie_du_buffet_cre_dit_photo_Denies_Dugas-71a38

Claire Estryn
Photos de Claire Estryn, Janine Laik, Denis Dugas, Christelle Barbier

Vous aimerez aussi...