Quelles sont les trois catégories de papier ?

Lorsqu’un photographe décide de choisir un papier photo, les impressions subjectives qu’il va ressentir une fois la feuille entre les mains sont tellement fortes qu’elles effaceront toutes les informations techniques sur le papier. Il y a bien entendu des choses à écrire sur les papiers mais on est clairement dans un domaine où le plaisir ressenti devient crucial, au-delà des données techniques. Cet article donne des conseils pour choisir le papier photo.

Les papiers photo dits « couchés », ou encore « Digital », RC, etc…

Ils sont appelés « Gloss », « Glossy », « Pearl » ou encore « Semi-Gloss » et « Luster ». Ils ressemblent beaucoup aux papiers RC (Resine Coated ou couchage résine) argentiques. Ils existent en deux grandes finitions :

Couchage Glossy donc assez brillant et plutôt lisse, très peu texturé :

  • Ces papiers sont enduits d’une résine (une plastification) qui les rendent plus résistants, par exemple à la déchirure. 
  • Ils sont très lisses et ne mettent pas en avant leur texture. 
  • Ces papiers photo offrent de très belles couleurs, bien saturées, un très bon contraste avec de très beaux noirs bien denses. 
  • Ils présentent de plus une belle main (un grammage de 250 à 280 grs/m2 le plus souvent et même jusqu’à 315 grs/m2 ) et font vraiment penser à un beau papier photo, comme un tirage en labo,
  • Ils ressemblent beaucoup, quand ils sont Glossy, aux papiers argentiques RC donc cela en fait des candidats tout désignés pour les tirages de lecture ou temporaires.

Couchage Semi-Gloss, perlé ou lustré :

  • Techniquement, ils ressemblent aux papiers Glossy ci-dessus, juste leur état de surface (perlé, lustré, satin) change.
  • Leur grain est très fin mais très beau et ils sont donc moins brillants. Sous certains angles le papier donne l’impression d’être parfaitement lisse .
  • Ils sont moins sensibles que les papiers Glossy aux empreintes de doigts.
  • Il s’agit souvent d’excellents rapports qualité/prix et on peut faire de très belles expositions temporaires amateurs et parfois pros avec ces papiers. Ils sont un peu plus « classe » que les purs Glossy.

Leur conservation / garanties dans le temps

Ces papiers reçoivent tout le temps des traitements blanchissants et les couleurs des photos sont rarement garanties au-delà de 25 ans. A cause de ce traitement, la « blancheur » du papier peut également « passer » avec le temps. Ils ne sont donc pas adaptés à la vente de tirages de collection. Les progrès de ces papiers sont patents et leur tenue dans le temps s’est grandement améliorée même s’ils ne remplissent pas les cahiers des charges des dernières normes ISO9706 qui leur permettraient d’avoir leur place dans les archives des collections ou musées.

Les papiers barytés 

  • Ces papiers essayent d’imiter la finition donc le toucher des papiers barytés argentiques. Aujourd’hui, plusieurs types de papiers reçoivent cette couche de baryte et certains ont presque un aspect mat.
  • Ce sont des papiers « haut de gamme » pour réaliser de très belles expositions ou pour vendre des tirages d’auteur numérotés/signés. Ils possèdent tout le temps une très belle main, un très beau toucher et leur grammage dépasse tout le temps 285 grs/m2. Le plus souvent, on les trouve entre 310 et 360 grs/m2.
  • Ils possèdent une très belle dynamique et les noirs imprimés sont très profonds. 
  • Ils ont peu de reflets et leur texture, assez discrète, est très belle.

 Leur conservation / garanties

Ce sont des papiers sans acide donc sans azurant optique mais il est possible d’en trouver avec une teinte bien blanche. Ces papiers offrent de vraies garanties quant à leur tenue dans le temps sans décoloration du papier. Ils sont donc souvent éligibles aux programmes de certification qualité Museeum ainsi que la norme ISO 9706 car ils garantissent des couleurs fidèles pendant plus de 75 ans au moins. Ils possèdent même parfois une réserve alcaline qui empêche, au contact des agents de pollution de l’air comme l’ozone, une détérioration du papier.

 Les papiers texturés dits « aquarelle », « Canvas », etc.

  • Ces papiers sont toujours « très haut de gamme », très texturés. Même sans impression, ces papiers sont souvent très beaux mais toutes les parties non imprimées ressortent et texturent les cieux, les nuages, par exemple. Ils conviennent donc davantage à des travaux très artistiques, très personnels, si possible plutôt sombres. Ils sont souvent 100% coton donc soyeux, légèrement « chaud », car ils ne subissent aucun traitement blanchissant et les fibres, naturellement sont légèrement jaune.
  •  Ce sont les papiers à privilégier lorsque l’on souhaite « impressionner » surtout si on est amené à tenir le tirage car leur « main » est toujours très belle. Leur grammage est toujours élevé et presque tout le temps supérieur à 300 grs/m2. En eux-mêmes, ce sont de beaux « produits ».
  • En revanche ces papiers ne possèdent pas une vaste dynamique et les noirs ne sont jamais vraiment noir profond mais plutôt gris très foncé. 

Leur conservation / garanties dans le temps

Tous ces papiers, plus beaux les uns que les autres ne sont pas égaux devant la durée de vie. Certains sont garantis 25 ans quand d’autres peuvent prétendre aux certificats longues durée dépassant parfois deux cents ans. Mais ils sont très fragiles n’ayant pas de traitement chimique les encres se fixent moins bien. Ils sont très sensibles aux égratignures.

Vous aimerez aussi...