Pourquoi analyser les photos des autres fait progresser ?

Tous les jours, il y a 300 millions de photos postées sur Facebook et 70 millions sur instagram. Prêter attention au travail des autres est pourtant un excellent moyen de mûrir sa propre démarche photographique. La critique et l’analyse d’une image fait progresser le photographe et la personne qui regarde.  Souligner les points forts et les défauts d’une image fait progresser les deux.

 

La Lecture d’images

Pour progresser chaque photographe doit prendre du temps pour comprendre pourquoi il aime ou n’aime pas telle ou telle photo plutôt que de savoir où a été prise une photo ou avec quel matériel. Il est important de voir et analyser un maximum de photos pour progresser dans son expression. Voir des expositions, lire des livres photos et voir des photos est important pour tous les photographes.

Attention à l’effet fan-club et aux réseaux sociaux pour savoir si une photo est intéressante

Il est courant d’entendre « ma photo a eu x « like » sur Facebook mais elle ne plait pas quand je la présente ». Pour recevoir des « like » sur les réseaux sociaux, il faut en distribuer. Il est plus facile d’avoir un syndrome récurrent du canal carpien que d’avoir un vrai avis pertinent.  Il s’agit plus d’un échange de politesse qu’une vraie critique permettant de progresser. Un smiley ne permet pas de progresser.

Qu’est-ce que je vois ?

Quel est le sujet ? Comment est-il mis en valeur ? Pour répondre à ces interrogations, le regard se promène dans l’image. Il en analyse les détails puis, avec un peu d’habitude, suit les lignes directrices, décode les jeux de lumière, apprécie les contrastes et la répartition des couleurs. Les éléments du décor, même s’ils sont flous, aident à contextualiser factuellement la scène.  Le hors-cadre ne doit pas entrer en jeu et c’est là que l’approche est différente avec l’auteur de la photo. Il ne peut analyser que les éléments présents dans l’image. Il ne connait pas ce qu’il y a eu avant ni après la photo. Il n’a pas non plus la même attache émotionnelle à l’image.

Qu’est-ce que j’imagine ?

Au-delà de sa réalité, une photographie peut dégager une émotion, raconter une histoire ou au contraire, rester muette. Ce qui rend le commentaire subjectif intéressant, c’est qu’il est par essence partial. Il enrichit l’image de mille et une interprétations singulières, à l’inverse de l’analyse descriptive qui ne peut que converger vers ce que montre la photo et rien de plus. Une image peut faire resurgir à un spectateur des émotions ou rappeler une autre image, une peinture, un texte ou une autre oeuvre. Cette partie est propre à chaque personne qui regarde la photo. Elle peut être différente de ce que l’auteur a voulu exprimer.

Qu’est-ce que j’en pense ?

C’est l’heure du bilan. Inutile d’essayer de se mettre dans la peau de l’auteur de la photo. En l’absence d’indications de sa part, ce qu’il a voulu montrer et la réussite de son intention ne seront jamais que pures conjectures. Ce qui nous est intéressant, c’est de savoir s’il a réussi à faire passer « quelque chose », même si sans le vouloir. Le but est alors d’en tirer les conclusions pour émettre une critique sur l’image présentée. Les critiques peuvent être techniques (angle de prise de vue, cadrage, traitement etc) comme plus artistiques ou émotionnelles. Il n’y a pas de mauvais avis si la critique n’est pas acerbe mais positive.

Conclusions

La lecture, l’analyse et la critique de l’image est positif à la fois pour le photographe et pour le spectateur. Elle permet à un de recevoir un avis sur son travail et de connaitre ce que ressent le spectateur. Elle permet à l’autre de corriger des éléments et d’en prendre en compte d’autres lors de ses prises de vue.

Vous aimerez aussi...